Mettre de la passion

Un peu de passion

Si vous faites partie de cette catégorie qui n’ont pas de passions ou insatisfaits qui, pour une raison ou pour une autre, ne souhaitent pas chercher un travail plus captivant, votre cas n’est désespéré.

Encore faut-il redonner un peu de coeur à l’ouvrage. Les gens possédant alors un zeste de passion, savent réussir presque toujours tout ce qu’il entreprennent.

La passion permet en effet d’agir pendant des années en conservant une fougue et une énergie folle. Devenez un passionné dans votre domaine, faites de vous-même un spécialiste, vous m’en donnerez des nouvelles et vous serez plus heureux !

Cultivez votre curiosité, documentez-vous, perfectionnez-vous et trouvez-vous des personnes qui sont comme vous. Ces comportements positifs vous permettront de maintenir votre motivation à un taux d’efficacité maximal et d’être apprécié par votre entourage.

Fuir la routine

Pour avoir pratiqué pendant plusieurs années le << métro, boulot, dodo >>, je dois reconnaître que j’étais devenu un accro en matière de train-train quotidien.

Tôt le matin, mais souvent en retard sur mon horaire, mon réveil me lançait des sonnettes d’alarme que j’ignorais, je luttais péniblement avec moi-même pour parvenir à m’extirper du lit.

Je marchais jusqu’à la douche où je me glissais, les yeux fermés, avant de me vêtir et de me hâter vers le métro où je m’engouffrais jusqu’à mon lieu de travail.

A la fin d’une journée, épuisante, il va sans dire, j’apportais des dossiers à étudier et, le plus souvent, je m’en dormais dans mon fauteuil où je rêvais aux situations que j’avais connues dans ma journée.

Ce à quoi je m’occupais le jour, je continuais à le faire durant mon sommeil de sorte que je passais mon temps à travailler sans cesse.

Mes rêves étaient fortement perturbés, je n’avais plus de loisirs, plus de plaisir non plus, mon travail était mon principal centre  d’intérêt, mon unique divertissement quotidien.

Et puis un jour, était-ce en me rendant au travail ou au retour, je ne m’en souviens plus, j’ai enfin compris que cet emploi que j’occupais et le rythme qu’il m’imposait.

  • Qu’est-ce que je fais de ma vie en ce moment ? Quel est mon rôle ?
  • Qu’est que je suis censé accomplir de passionnant dans ma profession ?

Il me volait mes jours et mes nuits, cela était devenu accablant. Il contrariait mon existence et m’enlevait tous mes temps libres.

Il n’est certes pas nécessaires de se rendre à cette extrémité pour décider d’un changement dans sa vie, mais prendre conscience d’un état de fatigue est parfois un élément déclencheur.

Written by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *